Accéder au contenu principal

Randa Maroufi, artiste indisciplinaire

Randa Maroufi © Daphné Hérétakis
Artiste pluridisciplinaire ou "indisciplinaire" comme elle aime le penser, Randa Maroufi est une femme qui ne manque pas d'audace. 
Diplômée de l'Institut National des Beaux-Arts de Tétouan (Maroc) et de l’École Supérieure des Beaux-Arts d'Angers (France) en design graphique et art-médias, elle a récemment intégré Le Fresnoy - Studio National des Arts Contemporains pour un post-diplôme en cinéma, arts visuels et création numérique.

Née artistiquement après la révolution des médias et des images, elle fait partie de cette génération d'artistes qui se sont arrachés aux paradigmes qui régissaient la scène artistique marocaine post-coloniale, pour trouver leur place entre tradition et modernité et porter une réflexion sur la société qui les entoure.

ABI LAÂZIZ (trad : cher papa), Fiction, 15’28”, HD, 16/9, 2013 © Randa Maroufi

ABI LAÂZIZ (trad : cher papa), Fiction, 15’28”, HD, 16/9, 2013 © Randa Maroufi

Randa Maroufi traite le réel à travers des fictions et des mises en scène, des processus narratifs qui le recomposent et le transforment. Elle tente d'interroger la question de la représentation, de démontrer que toute image est une fabrication, avec ses enjeux et son discours, ainsi que la question du genre dans toute sa complexité.

Avec sa série de photographies intitulée "Reconstitutions : gestes dans l'espace public" (2013), actuellement exposée à l'Institut du Monde Arabe dans le cadre de l'exposition Le Maroc contemporain jusqu'en janvier 2015, Randa Maroufi reformule des images récoltées sur Internet en les rejouant à travers une mise en scène pensée et programmée avec minutie. En les recomposant et en leur apportant une dimension théâtrale, elle dénonce une réalité - celle d'une provocation ordinaire souvent banalisées, des tensions vécues par les femmes - et place le spectateur dans le conflit pour l'amener à modifier sa perception de la réalité. 

"Les comédiens sont souvent des personnes que je choisi in situ lors du repérage, et que je coache pendant quelques jours. Les images sont réalisées dans la même ambiance qu'un tournage d'un film."

Sans titre#5, Photographie couleur, 73 x 110 cm, 2013 © Randa Maroufi

Sans titre#1, Photographie couleur, 165 x 110 cm, 2013 © Randa Maroufi

Untitled#2, from the series Reconstitutions, 2013 © Randa Maroufi

"Tout ce que je fais, je le fais parce que je dois le faire, parce que quelque chose en moi me pousse à le faire." R.M.
  
Ses œuvres engagées apparaissent souvent comme de véritables étendards politiques, et ce n'est pas sans inconvénient. "Ce n’est pas difficile mais ça demande de la patience et de l’intelligence. Ce qui est le plus difficile, en tout cas pour moi c’est de combattre l’autocensure."

Tentatives de séduction, performance, 2013, Photo : Mariam Belghlid © Randa Maroufi

La Grande Safae, son dernier court métrage d’un genre plutôt hybride (entre documentaire et fiction), s’inspire librement d’un personnage - connu sous le nom de La Grande Safae - qui a réellement existé et qui a disparu dans les années 1980.
Travesti, il a passé une période de sa vie en tant qu’employé de maison dans sa famille, cette dernière ignorant sa véritable identité sexuelle.

De vrais témoins et des comédiens racontent des anecdotes et décrivent ce personnage énigmatique qui a été et restera "un mystère" pour sa famille. Quatre comédiennes et un comédien incarnent le rôle de Safae et participent tous à l’esquisse de portrait de cette personne insaisissable.
En mêlant histoire vraie et procédé fictionnel, Randa Maroufi pose la question de la mise en scène et de la véracité des faits tout en évoquant la perception du trouble de l’identité.

La Grande Safae, fiction, docu expérimental, 15’56’’, 2014. © Randa Maroufi - Le Fresnoy

La Grande Safae, fiction, docu expérimental, 15’56’’, 2014. © Randa Maroufi - Le Fresnoy

Randa Maroufi n'a pas fini de faire parler d'elle. Actuellement en pleine écriture de son prochain court métrage, vous la retrouverez au Billboard Festival de Casablanca en Avril 2015 et à l'exposition Panorama 17 au Fresnoy qui se tiendra de septembre 2015 à janvier 2016.

Retrouvez son travail sur : Randa Maroufi
Suivez la sur : Facebook
Pour en savoir plus sur : La Grande Safae


helene g.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Drôles de luminaires !

Le luminaire est un élément indispensable dans nos intérieurs, pour des raisons tant pratiques qu'esthétiques. Présent quasiment dans toutes les pièces de la maison, c'est pourtant un casse-tête lorsqu'il s'agit d'en changer.  Quelle dimension ? Quelle longueur de fil ? Quelle couleur ? Doit-on prendre une suspension ? Une lampe à poser ? Ou plutôt une applique ?  Ajouter à cela la volonté de trouver un luminaire original, que tout le monde n'a pas. Voici une sélection de luminaires originaux à acheter ou à réaliser soi-même, extravagants ou plus classiques, et quelques conseils pour éviter le faux-pas.
Luminaires "filaires"

Entre applique et suspension, ce luminaire sera grandiose dans un salon avec une belle hauteur sous plafond. Ils existent plusieurs tailles et formes, pouvant ainsi s'adapter à différents volumes de pièces. Attention au positionnement de la suspension pour qu’elle ne gêne pas la circulation.


La lampe baladeuse à 19,90 € chez

Peut-on vivre sans plastique ?

Le plastique est un désastre écologique. Nous le savons tous et pourtant nous continuons à en produire et à en consommer toujours plus. En quelques décennies, la planète est devenue une décharge. En 2012, 288 millions de tonnes de matières plastiques* ont été produites dans le monde, dont la plus grande partie se retrouvera un jour dans l'environnement et en particulier dans les océans.Nous déversons en effet dans ces derniers près de 6 millions et demi de tonnes de déchets par an, dont 80% sont en plastique**. Ces plastiques tuent et mutilent des milliers de mammifères et d'oiseaux marins chaque année.
Le documentaire de Sandrine Feydel, "Océans de plastique", nous révèle qu'un scientifique aux Pays-Bas, a découvert que 95 % des fulmars (un oiseau commun du Nord de l’Europe) avaient du plastique dans l’estomac. Des micros-particules de plastiques sont retrouvées sur les plages du monde entier. Une soupe de plastique ingérée par les poissons et même le planct…

La veste en cuir : une seconde peau pour la mi-saison

En créant ce blog, les petites rochelaises avaient envie de s'exprimer, mais aussi d'offrir une tribune à leurs connaissances talentueuses. Aujourd'hui, je vous propose de découvrir l'univers de Camille Berlon, une jeune montpelliéraine férue de mode. Camille, c'est LA fashion addict que toute fille rêve d'avoir comme copine. Toujours au courant des dernières tendances, à l'affût des bonnes affaires, elle met un point d'honneur à partager ses trouvailles les plus originales. Créateurs de bijoux et d'accessoires, jeunes stylistes de talent, elle sait dénicher les futures stars de nos gardes robes. 
Camille procure aussi d'excellents conseils de style à son entourage, et cela quelque soit la morphologie de la personne qui sollicite son oeil avisé. Pas besoin d'être grande et filiforme pour bénéficier d'un coaching en image !
Bref, vous l'avez compris, Camille, c'est ma Cristina Cordula personnelle.

Pour son premier article sur les…